Entretien avec Gwendoline Delbos-Corfield

18/2/2021

La fragilisation de l'État de droit en Europe fait l'objet de débats depuis le durcissement des politiques nationales en Hongrie et en Pologne. Cette semaine encore, de nouvelles restrictions à la liberté des médias on tété imposées par le gouvernement hongrois après la fermeture, comme nous l'avons analysé, du plus grand journal d'opposition du pays, Népszabadság. En Europe, d'autres atteintes à la liberté de la presse ont été constatées par les institutions européennes et préoccupent les acteurs politiques, par exemple en Pologne, où les médias indépendants ont suspendu leur couverture de la presse face à une nouvelle taxe sur la publicité. Une tentative de mise en place d'un mécanisme, liant notamment le nouveau plan de relance au respect de l'Etat de droit, a échoué cet hiver suite à des négociations difficiles et au veto des principaux accusés.

Gwendoline Delbos-Corfield, est députée européenne depuis 2019, membre du comité exécutif du Parti vert européen depuis 2012 et vice-présidente du groupe Verts/ALE au Parlement européen. Elle est notamment membre de la Commission spéciale sur l’ingérence étrangère dans les processus démocratiques et membre suppléante de la commission LIBE (Commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures) où elle est rapporteure sur la situation de l'État de droit en Hongrie