Le plan de relance européen, un accord historique à Bruxelles

Denis Simonneau, président d'EuropaNova

Pour ceux qui suivent les questions européennes depuis longtemps, l’accord conclu mardi 21 juillet 2020 à 5h20 du matin est indéniablement un accord historique.

Certes, les mauvais coucheurs pourront regretter une ambition réduite sur le montant des subventions, des réductions de crédit sur certains postes du budget pluri-annuel de l’Union, la prolongation des rabais thatchériens offerts à quelques Etats membres et une conditionnalité trop timide sur l’Etat de droit, mais l’essentiel tient dans le fait que l’architecture de l’accord est conforme à ce que le couple franco-allemand avait proposé le 18 mai et permet, enfin, de consacrer le « E » de l’UEM.