Tribune UE-Balkans

15/5/2018

Communiqué

EuropaNova s’engage pour une nouvelle Stratégie d'Elargissement de l'Union européenne

Paris,

12 mai 2017

Toujours soucieux de promouvoir l’unité européenne, EuropaNova s’engage pour que la nouvelle Stratégie pour les Balkans occidentaux permette le rapprochement et l’intégration des Etats de la région à l’Union européenne.

Cette position est la conséquence d'un intérêt renoué pour les Balkans occidentaux, depuis le discours sur l'Etat de l'Union prononcé par le Président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, devant les Parlementaires européens le 13 septembre 2017 et la présentation de la nouvelle Communication sur la Stratégie pour les Balkans occidentaux, présentée le 6 février 2018, devant le Parlement européen. Le Président de la Commission européenne a insisté dans l'idée que l'Union européenne devait continuer à proposer une perspective crédible d'adhésion pour la région.

La politique d'élargissement a longtemps été considérée parmi les actions la plus réussies et abouties de la construction européenne. Elle a pu réunir, au sein du même projet politique, des Etats et nations dispersés par les conflits et les idéologies. Aujourd'hui, face aux nouveaux défis, aux limites des stratégies et approches précédentes, notamment avec l'instauration desdites démocraties illibérales en Europe, il est important que cette Stratégie et les discours qui s’y réfèrent insistent clairement sur les principes fondamentaux qu'elle défend et les valeurs chères à l'Union européenne. Il est nécessaire d'adopter une vision sur le long terme afin de garantir les libertés fondamentales, le respect de l'Etat de droit et la démocratie pour l'ensemble des citoyens.

Actuellement, continuer à envisager l'intégration européenne des Balkans occidentaux reste la meilleure façon de promouvoir ces fondamentaux européens. Le Processus de Stabilisation et d'Association est en place pour toute la région : l'Albanie vient d’entamer une réforme profonde et sans équivalent de son système judiciaire ; l'Ancienne République Yougoslave de Macédoine ; le Monténégro ; la Serbie et le Kosovo engagent aussi, à cette occasion, des réformes institutionnelles peu envisageables sans ces processus.

Ces politiques et stratégies ont un impact considérable auprès de nos voisins européens qui sont d’ores et déjà des partenaires indispensables de l’UE. Ainsi, nous encourageons la Commission européenne à être ambitieuse ; la crise de la solidarité européenne ne pourra être endiguée qu'en apaisant les sociétés, tant occidentales qu’orientales. Il est nécessaire que l'enjeu politique propre à l’actualité ne prenne pas le dessus sur une vision à long terme de nos idéaux européens ; il met à mal notre projet commun.

Dans cet esprit, le Collectif EuropaNova estime nécessaire :

- que la stratégie adressée soit réellement globale et concerne l'ensemble des pays des Balkans occidentaux, ne dissociant pas – systématiquement - les Etats les plus avancés dans le processus d'intégration et les autres ;

- d’insister sur le dialogue inclusif, tout en respectant et sollicitant la participation des acteurs de la société civile dans la vie démocratique ;

- de renforcer le soutien au secteur éducatif et d’insister sur une approche historique concertée afin de favoriser le développement d’une culture de la paix et de la réconciliation

- de protéger plus attentivement les expressions démocratiques et de la liberté d'expression, notamment celle des journalistes ;

- d’insister sur l'importance et la mise en place d'une conditionnalité liée aux chapitres 23 et 24 ;

- de renforcer le lien entre la conditionnalité et le financement ;

- d’insister sur l'approche concertée entre les Etats membres et les différents groupes au sein des institutions européennes, dans le respect et la garantie des valeurs fondamentales ;

- de favoriser le développement économique de la région

- de mettre en place des mesures concrètes permettant à l'Union européenne d'être identifiée comme l’acteur international le plus important dans la région : notamment, l’adhésion aux agences européennes, la mise en œuvre effective de RYCO et la fin des frais d'itinérance dans la région.

Le Sommet européen du 17 mai 2018, qui se tiendra à Sofia, devra voir les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne adopter cette nouvelle stratégie, pour les six Etats des Balkans occidentaux. Gageons qu’elle réponde à la fois à la nécessité de sécuriser les relations et illustrer une maturité politique dont nous avons grandement besoin. A ce titre, l’arbitrage international concernant la dispute frontalière entre la Croatie et la Slovénie doit être assumé et défendu par l’Union européenne pour servir d’instrument de référence. Ne pas décourager les citoyens des Etats candidats et potentiellement candidats, aller à leur rencontre et renforcer nos relations permet aussi de défendre concrètement les valeurs qui fondent et justifient notre modèle européen, de promotion des droits fondamentaux et de renforcement de l’Etat de droit.

Le Collectif EuropaNova