Le nouveau pacte Européen sur la migration et l'asile

L’incendie dans l’indigne camp de Moria à Lesbos en Grèce en septembre dernier a (re)mis en lumière un système inefficace, souvent qualifié d’inhumain : le règlement de Dublin III. Si l’origine exacte de l’incendie reste incertaine, celui-ci semble être symptomatique de la surpopulation et du désespoir extrêmes qui régnaient au sein du camp.

Le règlement Dublin III prévoit que les demandeurs d’asile voient leurs demandes traitées parle pays dans lequel leur arrivée a été enregistrée. Ce système est profondément inique car il abandonne à leur sort les pays méditerranéens tels que la Grèce, l’Italie, l’Espagne et Malte. Une semaine après son discours sur l’état de l’Union, la présidente de la CommissionEuropéenne, Ursula Von der Leyen, a présenté le Pacte européen sur la migration et l’asile.Prévu depuis mars dernier, il était l’une des premières promesses de la présidente. Il affiche deux objectifs principaux.

Un article de Marianne Leloup

Article publié le
24/11/2020