Vers une meilleure prise en compte de la criminalité environnementale en Europe Proposition de création d’une agence européenne de lutte contre les atteintes graves à l’environnement


En 2016, un rapport publié conjointement par l’ONU environnement et Interpol - intitulé Environment, Peace and Security – A Convergence of Threats - soulignait que les revenus générés par la criminalité environnementale représentaient entre 91 et 258 milliards de dollars par an. La pêche illégale était, à elle seule d’après ce rapport, une source de revenus plus importante que celle du trafic d’armes légères (INTERPOL - UN Environnement, 2016). Ces chiffres alarmants révèlent l’importance de la criminalité environnementale et appellent à une réponse urgente et coordonnée de la part des autorités. Au sein de l’Union européenne (UE), il parait de fait indispensable d’établir un cadre légal et institutionnel solide en matière de lutte contre la criminalité environnementale. En effet, si des initiatives existent au sein de l’UE pour combattre le phénomène, elles restent parcellaires et incomplètes. Par quels moyens l’Union peut-elle améliorer les outils dont elle dispose pour mieux lutter contre la criminalité environnementale ? Il apparaît que la création d’une agence européenne de lutte contre la criminalité environnementale pourrait constituer une réponse pertinente. Eu égard aux enjeux de sécurité et de santé publique pour les citoyens de l’UE (I) et à la prise en compte améliorée mais insuffisante de la menace représentée par la criminalité environnementale organisée actuellement (II), des pistes d’amélioration à court, moyen et long terme seront proposées (III).


Un article de Lucie Landon

Par Lucie Landon

Article publié le
16/12/2020