Défendre le droit à l’avortement, c’est défendre la démocratie

Si l'avortement a toujours été une question contestée, nous avons récemment assisté à un regain d'activisme visant à éroder le droit fondamental des femmes à disposer de leur corps. L'action concertée en cours visant à saper les lois sur l'avortement doit être analysée et contrée de manière décisive. L'inclusion du droit à l'avortement dans la Charte des droits fondamentaux de l'UE pourrait constituer une étape importante.

En quelques années seulement, les Polonaises sont passées d'un régime d'avortement déjà très répressif à une interdiction de fait, dont plusieurs femmes ont payé le prix ultime en perdant la vie. Les Américaines se sont réveillées fin juin de cette année 2022 pour découvrir que leur Cour suprême avait supprimé ce qui était un droit à l'avortement garanti par la Constitution depuis 1973. Alors qu'il y a quelques semaines à peine, en Hongrie, le gouvernement du Premier ministre Viktor Orbán a adopté une série de mesures médicalement infondées visant à humilier et intimider les femmes pour qu'elles renoncent au recours à l'avortement.

Ces développements révèlent deux vérités inquiétantes : premièrement, les gains que nous pensions avoir obtenus dans de nombreux pays en ce qui concerne les droits des femmes dans les années 1960, 1970 et 1980 ne sont pas sûrs et pourraient être annulés. Deuxièmement, ceux qui souhaitent faire reculer les droits fondamentaux ne sont pas seulement les mêmes conservateurs sociaux et religieux qui ont des convictions personnelles sur certaines questions éthiques, mais des acteurs politiques ambitieux et avisés qui ne partagent pas toujours nos valeurs communes de démocratie libérale et d'État de droit.

Nos droits de l'homme sont-ils en danger ?

Un premier point à clarifier est l'affirmation de longue date de nombreux acteurs conservateurs selon laquelle « le droit à l'avortement n'existe pas en droit international ». Cet argument est un faux-fuyant car il existe tout un ensemble de lois, de jurisprudences et d'orientations normatives internationales qui fournissent des garanties explicites pour l'accès des femmes à la santé, à la vie privée et à l'autonomisation, ce qui inclut des sauvegardes pour l'accès à un avortement sûr et légal. Deux exemples récents : le premier vient du Parlement européen, avec le rapport de l’eurodéputé S&D Predrag Fred Matić sur la situation de la santé et des droits sexuels et reproductifs (SDSR) dans l'UE, adopté en juin 2021. Le rapport de Matić exhorte spécifiquement « les États membres à dépénaliser l'avortement, ainsi qu'à supprimer et combattre les obstacles à l'avortement légal ». Fait notable, son rapport a été adopté par un large consensus politique, seule l'extrême-droite ayant voté en bloc contre lui. Les directives sur l'avortement publiées en mars 2022 par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) constituent un développement distinct. Les directives de l'OMS sur la prise en charge de l'avortement appellent spécifiquement à « la dépénalisation totale de l'avortement » et soulignent que « l'avortement doit être disponible à la demande de la femme, de la jeune fille ou de toute autre personne enceinte ». De même, ces directives « recommandent de ne pas adopter de lois et autres réglementations qui restreignent l'avortement en fonction des motifs » ou « en fonction des limites d'âge gestationnel ».

Cependant, malgré les progrès du soutien politique et une meilleure compréhension des conséquences sur la santé publique des lois et des politiques en matière d'avortement, dans de nombreux cas, nos lois nationales n'ont pas suivi. Avec le Forum parlementaire européen sur les droits sexuels et reproductifs (EPF), nous avons publié en 2021 l'Atlas européen des politiques d'avortement, qui analyse la législation réglementant l'avortement dans plus de 40 pays de l'Europe géographique et les résultats sont surprenants. Loin de disposer de lois solides qui garantissent un « droit à l'avortement », 14 pays et territoires réglementent encore l'avortement via leurs codes pénaux ou criminels respectifs. Dans 19 pays, les femmes sont confrontées à des obstacles à l'accès à l'avortement qui ne sont pas médicalement nécessaires, et 31 pays n'incluent pas l'avortement dans la couverture financière du système national de santé. En bref, la grande majorité des pays européens, y compris ceux qui se considèrent comme progressistes et dont le public pense que « l'avortement est un droit de la femme », ont des lois obsolètes qui ne reflètent pas cette réalité.

Il existe un plan visant à saper les droits de fondamentaux

Ces lois obsolètes sur l'avortement sont devenues la cible d'un nouveau groupe d'acteurs en Europe, les « acteurs anti-gender ». Leur objectif est d'annuler les progrès réalisés en matière de droits sexuels et reproductifs, de droits humains des minorités sexuelles et même d'égalité des sexes. Ces acteurs anti genre sont apparus dans presque tous les pays européens, ils se sont organisés, mis en réseau et sont devenus professionnels. Ils ont une stratégie claire, en trois volets, pour saper les lois sur l'avortement, à savoir 1) empêcher, 2) restreindre et, finalement, 3) interdire l'avortement. On voit bien comment cela se joue en Europe et au-delà.

Tout d'abord, en termes de restriction, les acteurs anti-genre ne veulent pas dire qu'il faut empêcher les grossesses non désirées par l'accès à la contraception volontaire (l'EPF produit également un Atlas européen des politiques de contraception, qui met en évidence la manière dont les pays peuvent améliorer l'accès à la contraception), mais plutôt qu'il faut empêcher les femmes enceintes d'accéder à des informations fiables et à des services de santé légaux en les trompant à travers un labyrinthe complexe de faux sites web et de faux centres de santé connus sous le nom de « centres de crise de la grossesse ». Ces derniers opèrent dans de nombreux pays européens et sont parfois financés par les pouvoirs publics. Les mesures récemment adoptées en Hongrie, qui obligent les femmes à écouter un prétendu « battement de cœur » embryonnaire à un stade du développement gestationnel où les cellules ne se sont pas encore transformées en organes, sont un exemple de « restriction ». Quant à l'interdiction, nous voyons à quoi elle ressemble en Pologne, où les femmes n'ont aucun accès légal à l'avortement, ce qui entraîne ce que beaucoup appellent une interdiction de facto.

Il ne s'agit pas d'évolutions distinctes, résultant d'une opinion publique de plus en plus conservatrice. Ils reflètent l'organisation stratégique des acteurs anti-genre, qui forgent des alliances avec des acteurs politiques souvent situés à la droite dure, radicale et extrême du spectre politique. Et il ne faut pas sous-estimer leur pouvoir : en 2021, l'EPF a publié un rapport intitulé « Tip of the Iceberg : Extrémistes religieux - Les bailleurs de fonds contre les droits de l'homme en matière de sexualité et de santé reproductive en Europe ». Il révèle qu'entre 2009 et 2018, plus de 700 millions de dollars US ont alimenté ce mouvement en Europe. Ces sommes provenaient de la droite chrétienne américaine, de nombreuses organisations désormais proches de l'ancien président Trump, ainsi que d'oligarques russes (qui ont été mis au ban en raison de leurs opinions extrémistes et de leur implication dans l'agression contre l'Ukraine), ainsi que de nombreuses élites sociales et économiques à travers l'Europe. Ces financements n'ont pas seulement servi à saper le droit à l'avortement, mais aussi à priver les minorités sexuelles de leur droit à l'égalité de traitement, à mener des campagnes contre la Convention d'Istanbul sur la violence à l'égard des femmes, et même à contester les droits des enfants devant les tribunaux européens.

La nécessité d'aller de l'avant.

Comprendre que les droits fondamentaux auxquels nous tenons depuis longtemps sont en danger est un premier pas. Comprendre qui les conteste et comment ils sont organisés, financés et alliés à des forces qui visent à saper la démocratie libérale et, parfois, sont même des rivaux géopolitiques du projet européen, est crucial pour développer des contre-stratégies. La principale de ces stratégies consiste à mieux garantir toute une série de droits de l'homme, par exemple en actualisant nos lois sur l'avortement à la lumière des directives de l'OMS sur la prise en charge de l'avortement (2022). De nombreuses lois sur l'avortement ont été adoptées il y a plusieurs dizaines d'années et reflètent le consensus médical et politique des générations passées, tandis que les lignes directrices de l'OMS sur la prise en charge de l'avortement pour 2022 constituent une nouvelle référence pour moderniser notre législation et répondre à l'aspiration selon laquelle « l'avortement est un droit de la femme ».

Ensuite, nous devons comprendre comment l'avortement, et les droits fondamentaux connexes en matière de sexualité et de reproduction, sont délibérément instrumentalisés par des acteurs politiques visant à détricoter la démocratie libérale et l'État de droit. Ce n'est pas un hasard si l'interdiction de l'avortement en Pologne est le résultat d'un tribunal constitutionnel contesté qui fait l'objet d'un examen de l'État de droit par l'UE, si le renversement de l’arrêt Roe vs Wade aux États-Unis s'est produit après que l'administration Trump a empilé trois nominations à la Cour suprême, ou si le Premier ministre Orbán utilise l'avortement et les droits des minorités sexuelles comme un pion dans ses jeux de pouvoir avec l'UE.

Le droit à l'avortement, les droits des minorités sexuelles et l'égalité des sexes devraient figurer en bonne place dans nos tentatives de mettre fin au recul démocratique que nous observons dans le monde entier, y compris dans l'UE. Enfin, dans la perspective des élections européennes de 2024, construisons un large consensus politique sur l'idée d'inclure le droit à l'avortement dans la Charte des droits fondamentaux de l'UE, qui servirait de garantie pour toute une série de droits humains connexes ainsi que pour la démocratie.

Télécharger le PDF
Résumé
Si l'avortement a toujours été une question contestée, nous avons récemment assisté à un regain d'activisme visant à éroder le droit fondamental des femmes à disposer de leur corps. L'action concertée en cours visant à saper les lois sur l'avortement doit être analysée et contrée de manière décisive. L'inclusion du droit à l'avortement dans la Charte des droits fondamentaux de l'UE pourrait constituer une étape importante.
Lire aussi
Toutes nos publications

Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire !

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.