Elles font bouger l'Europe - Interview de Martina Dlabajova

Quel a été votre parcours pour atteindre le poste que vous occupez actuellement ? Et avez-vous eu le sentiment, au cours de votre carrière, qu’être une femme pouvait être un obstacle, ou du moins avoir une influence sur votre parcours professionnel ? Si oui, comment l’avez-vous surmonté ? 

Je dois dire que mon parcours professionnel a été assez long mais simple. J’ai le sentiment que tous les obstacles et les difficultés que j’ai rencontrés au cours de mes études et de ma carrière professionnelle m’ont aidée à me rendre là où je suis aujourd’hui. Après le lycée, j’ai déménagé en Italie, où j’ai étudié les sciences politiques à l’université de Padoue. Toutefois, dès cette période, j’ai créé ma première entreprise qui avait pour but de contribuer à mettre les entreprises et les autorités locales italiennes en contact avec les différentes possibilités offertes par l’UE. 

Par la suite, l’entreprise s’est étendue avec succès à d’autres régions d’Europe, en commençant par la République tchèque et la Slovaquie, pour finir par d’autres pays européens. Cependant, alors que 20 ans de carrière dans le monde des affaires ont été très satisfaisants, j’ai décidé de revenir à mes racines et à quelque chose qui m’était déjà cher pendant mes études en Italie : l’intégration européenne. 

Pour répondre à votre question de savoir si le fait d’être une femme a été un obstacle à ma réussite, je dois dire que je ne l’ai jamais perçu de cette façon. Il est vrai que le fait d’être une jeune fille d’Europe de l’Est qui est venue s’installer en Europe occidentale à un très jeune âge m’a beaucoup marquée. Cela m’a aidée à apprendre à me «battre» et à faire face aux difficultés que j’ai rencontrées pendant mes années d’activité. Un fait intéressant que j’ai appris pendant ces années dans le monde des affaires est qu’il est assez inhabituel d’être une femme dans ce secteur. Souvent, lors des négociations, j’étais la seule femme à la table des négociations, entourée d’hommes. Cependant, cela ne se produit pas seulement dans le secteur des affaires, mais c’est également omniprésent en politique, malgré les progrès constants de ces dernières années. 


Quelle dimension pensez-vous que l’Union européenne devrait explorer à l’avenir ? Quelles sont les valeurs clés que vous souhaiteriez voir ses représentant.es défendre ? 

Mon objectif a toujours été de rendre l’UE plus accessible, plus pragmatique et de la rapprocher des citoyens. Même si nous pouvons constater certains progrès, il y a encore des possibilités d’amélioration, et nous devons continuer à y travailler. Souvent, les mots ne suffisent pas, et les représentant.es de l’UE doivent faire plus que cela. Cependant, ils doivent penser à l’impact de leurs démarches et de leurs décisions pendant tout ce temps.

 
Quel conseil donneriez-vous à une jeune femme qui pourrait avoir peur d’entrer dans ce secteur ? 

N’ayez pas peur du tout et poursuivez vos rêves. Ne prenez pas les mauvais conseils pour vous et apprenez quelque chose de nouveau chaque jour. N’abandonnez pas et travaillez sur vous-même tout le temps. Et enfin, sachez quand c’est le bon moment pour passer à autre chose. 

Télécharger le PDF
Résumé
En Europe, les écarts entre les femmes et les hommes restent très présents. Si les femmes sont légèrement plus éduquées que les hommes, l’écart se creuse considérablement dans le milieu professionnel, milieu d’action et d'influence. C’est pourquoi EuropaNova en collaboration avec le European Liberal Forum décident de donner la parole aux femmes qui font bouger l’Europe à travers une série d’interviews. Le programme #ellesfontbougerleurope permet de donner la parole aux femmes qui oeuvrent à construire l'Europe de demain, de parler de leurs projets, de faire valoir leur action et de proposer des solutions aux jeunes générations.
Lire aussi
Toutes nos publications

Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire !

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.