La guerre et l’état de notre Union

Dans son dernier discours sur l'état de l'Union, la présidente Von der Leyen a eu raison de se concentrer sur les défis posés par la guerre en Ukraine, mais elle a manqué de vision à long terme et de plan pour faire face à sa nature réelle.

Oui, la guerre sur notre continent est certainement le défi central de la prochaine phase du projet européen. Mais la guerre d'aujourd'hui diffère de celles que nous avons connues tout au long de l'histoire de l'humanité. Certes, la guerre est toujours multidimensionnelle, impliquant une confrontation humaine dans plusieurs domaines, depuis le militaire, le logistique, l'international, l'économique, le social, la communication, jusqu'au psychisme et au corps humain.

Néanmoins, le contenu actuel de toutes ces dimensions est radicalement nouveau : les nouvelles armes très sophistiquées, la menace nucléaire, l'interdépendance énergétique, l'urgence climatique, l'impact global de la guerre, l'ampleur des sanctions et contre-sanctions économiques, le cyberespace et les outils numériques, les aspirations démocratiques humaines à la paix. Face à cette nouvelle réalité de la guerre, l'Europe a essentiellement deux choix : soit se fragmenter en différentes réactions nationales ou nationalistes et perdre cette guerre, soit s'élever à un nouveau niveau d'unité, de coordination et de capacité d'action. Comment ce dernier choix doit-il se concrétiser ?

En ce qui concerne son action extérieure, ce qui est en jeu, c'est la capacité de l'UE à constituer une coalition plus large de forces défendant un ordre de règles mondiales, le rôle du système multilatéral, le respect des nations démocratiques souveraines et une coordination internationale plus efficace concernant les défis mondiaux communs, qui devraient être prioritaires par rapport aux conflits régionaux.

En matière de sécurité et de défense, l'enjeu est de renforcer l'alliance de l'OTAN, mais aussi le pilier spécifique de la défense européenne avec une meilleure coordination des forces armées européennes et les investissements en cours, y compris dans la cybersécurité.

En ce qui concerne la dimension numérique croissante de la guerre, l'UE devrait renforcer sa propre façon de façonner la révolution numérique en insistant sur les normes mondiales, au-delà de la concurrence stratégique actuelle entre les États-Unis et la Chine. Les marchés numériques, et notamment les grandes plateformes, doivent être réglementés conformément à nos valeurs, et il devrait en être de même pour le développement du potentiel de l'économie des données et de l'intelligence artificielle.

Enfin, et surtout, la guerre est aussi une bataille de récits qui devrait être menée dans un cadre garantissant le pluralisme, le professionnalisme et l'accès aux preuves, tout en luttant contre la désinformation.

Concernant l'énergie, l'enjeu est de se découpler de la Russie et de se découpler du carbone. Il s'agit d'un défi énorme, avec plusieurs compromis, car l'augmentation des coûts du gaz pourrait être utilisée comme un argument pour revenir à d'autres sources d'énergie carbonées. Néanmoins, ces coûts croissants du gaz devraient plutôt être utilisés comme un levier pour atteindre nos objectifs climatiques en passant plus rapidement à des solutions sans carbone. Cette tension ne peut être résolue qu'avec une intervention européenne très proactive, en utilisant des instruments plus forts tels que des marchés publics conjoints pour acheter du gaz provenant de sources non russes, tandis qu'une véritable Union de l'énergie est construite, avec un réseau électrique commun et en comptant sur des sources d'énergie européennes et non européennes à zéro carbone telles que l'hydroélectricité, l'éolien, le solaire, l'hydrogène et de nouvelles formes de nucléaire. Cette transition devrait également être soutenue par les nouvelles préférences des consommateurs en faveur des énergies à faible teneur en carbone, d'une plus grande efficacité énergétique et d'utilisations plus sobres de l'énergie.

Afin de prévenir le risque d'une crise économique et sociale plus profonde, les prix de l'énergie devraient également être régulés, notamment pour protéger les groupes les moins favorisés de la population, les PME ainsi que les entreprises à forte intensité énergétique qui risquent de réduire leur production et leurs niveaux d'emploi.

Mais comment financer tout cela ? Une taxe exceptionnelle sur les bénéfices supplémentaires réalisés par les entreprises qui produisent de l'électricité à partir d'autres sources, ainsi qu'une contribution de solidarité des entreprises qui réalisent des bénéfices supplémentaires grâce à la hausse des prix du gaz sont en effet justifiées. Elles peuvent être utilisées pour réduire le coût de l'énergie pour les plus vulnérables, mais aussi pour financer la transition vers de meilleures solutions énergétiques.

Néanmoins, même sans guerre, le type d'investissement nécessaire pour mener à bien la transition vers une économie sans carbone est beaucoup plus important et doit être soutenu par une stratégie d'investissement globale mobilisant tous les instruments privés et publics. En ce qui concerne les aspects budgétaires, il semble tout à fait justifié de prolonger la capacité européenne renforcée créée pour répondre à l'impact de la pandémie de Covid-19. Les budgets nationaux devraient également disposer de la marge de manœuvre nécessaire pour investir à long terme, tout en réduisant les niveaux de la dette publique. 

Toutes ces évolutions politiques exigent une capacité de décision et d'action beaucoup plus élevée dans une situation d'urgence. C'est pourquoi l'approfondissement de l'intégration européenne devient vital pour garantir la capacité européenne à résister à un chantage évident et sophistiqué de la part de la Russie de Poutine et à développer une autonomie stratégique plus forte en matière d'énergie, d'alimentation, de matières premières, de capacités industrielles et numériques. Mais l'approfondissement est également nécessaire pour accélérer la transition vers un modèle économique à faible émission de carbone, tout en assurant la cohésion sociale nécessaire et la protection des groupes vulnérables, si nous voulons éviter que les populistes d'extrême droite ne gagnent du terrain politique, comme nous le constatons dans plusieurs cas nationaux récents.

Cette nouvelle phase du projet européen ne peut émerger que si certaines réformes fondamentales sont introduites dans le processus décisionnel impliquant les institutions européennes et si le soutien politique nécessaire est également mobilisé via de nouvelles formes de démocratie participative.

Les récentes décisions de l'UE concernant une nouvelle vague d'élargissement sont pleinement justifiées par un impératif géopolitique et moral. Cette nouvelle vague d'élargissement devrait également s'appuyer sur une dimension politique plus forte du projet européen, en impliquant tous ces nouveaux pays dans une coordination plus poussée des affaires étrangères et des politiques de sécurité, ainsi que sur leur intégration plus forte dans tous les principaux réseaux européens, de l'énergie au numérique, en passant par la recherche, la culture et l'éducation.

Cette nouvelle vague d'élargissement est certainement une entreprise historique majeure du projet européen. Pour qu'elle réussisse, elle doit s'accompagner d'un plan précis d'approfondissement et de réforme des traités de l'UE.

Télécharger le PDF
Résumé
Dans son dernier discours sur l'état de l'Union, la présidente Von der Leyen a eu raison de se concentrer sur les défis posés par la guerre en Ukraine, mais elle a manqué de vision à long terme et de plan pour faire face à sa nature réelle.
Lire aussi
Toutes nos publications

Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire !

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.