Le choc des récits et des pouvoirs numériques sur le front de la guerre en Ukraine

La guerre en Ukraine peut devenir celle où les deux grandes tendances mondiales de la numérisation et des plateformes sociales mesurent leur force : techno-autoritarisme contre Silicon Valley. Avec un nombre sans précédent d'acteurs en ligne prenant part à la confrontation, la stratégie consistant à semer un chaos (dés)informationnel dans la guerre en Ukraine est mieux équipée que jamais.

La guerre en Ukraine est aussi la première guerre viralisée : diffusée en temps réel, expliquée par des fragments d'images qui, en quelques secondes, tentent de refléter les menaces, les peurs, l'héroïsme et la dévastation. Des mouvements militaires ont été mis en ligne. Les appareils photo numériques et les réseaux sociaux sont devenus les outils omniprésents du champ de bataille de l'information. Le Washington Post a pu suivre le mouvement des troupes russes en Ukraine, pendant les premières semaines de l'invasion, en utilisant uniquement des vidéos téléchargées sur TikTok par des utilisateurs qui partageaient des images de chars et de soldats de manière de plus en plus virale. Cela a été tel que le New Yorker l'a considéré comme "la première guerre Tik Tok". L'application chinoise, qui compte plus d'un milliard d'utilisateurs - transformée en réseau de chorégraphies virales de familles durant la pandémie, est désormais devenue une source d'information pour des centaines de milliers de jeunes, qui suivent les images de la guerre en Ukraine au rythme du glissement de leur doigt sur l'écran de leur téléphone. Passant indistinctement de l'émotionnel aux scènes de guerre et aux mèmes, la réalité et la fiction se mélangent. Pour preuve, l'une des vidéos sur l'Ukraine qui a le plus circulé sur les réseaux, avec plus de sept millions de vues, où l'on voit des soldats fatigués dire au revoir à leur famille, s'est avérée être une scène d'un film ukrainien de 2017.

Tik Tok est devenu un champ de bataille de l'information mais aussi une source pour galvaniser le soutien aux Ukrainiens, et un outil fertile pour la prolifération de comptes d'arnaqueurs distribuant du faux contenu pour faire du profit rapide à travers des vidéos demandant des dons pour la cause ukrainienne.

S'il s'agit, comme l'affirme le philosophe français Edgar Morin, de "la première cyberguerre de l'histoire de l'humanité", elle est en passe de devenir la première où les deux grandes tendances mondiales de la numérisation mesurent leurs forces : le techno-autoritarisme de la Chine et de la Russie d'une part, et le modèle américain de la Silicon Valley, où les entreprises privées déploient ce que Shoshana Zuboff appelle le "capitalisme de surveillance". Bien avant l'invasion, le monde numérique avait déjà commencé à se diviser en une confrontation technologique marquée par la rivalité entre la Chine et les États-Unis. La "souveraineté" russe sur Internet était déjà construite sur la censure de l'information et la persécution de l'opposition politique. Les alliés du Kremlin contrôlaient VKontakte, le Facebook russe. Depuis 2019, une loi sur la "souveraineté d'Internet" obligeait déjà tous les fournisseurs de services en ligne à passer par les filtres du censeur numérique Roscomnadzor. Cependant, l'invasion de l'Ukraine a accéléré et approfondi la portée de ce rideau de fer numérique qui cherche à isoler les Russes de tout récit différant des arguments officiels du Kremlin pour construire le casus belli de Poutine.

Le réseau russe de messagerie cryptée Telegram est devenu un instrument parfait pour mesurer le choc des récits sur la guerre, car il est devenu un puissant outil de communication tant pour les Russes que pour les Ukrainiens pendant le conflit. La plateforme s'est récemment positionnée comme un outil d'information utile pour les journalistes en Ukraine, notamment pour la création de chaînes d'information destinées à un public plus jeune. Même le président Volodymyr Zelensky s'appuie fortement sur son canal Telegram officiel pour s'adresser aux Ukrainiens et aux dirigeants politiques du monde entier, ainsi que pour stimuler la collecte de fonds pour son pays. Contrairement à WhatsApp, Telegram ne limite pas le nombre d'utilisateurs sur un même canal et il n'y a presque pas de modération du contenu. Il a donc également servi d'espace pour mobiliser le soutien aux troupes russes, comme en témoigne la popularité du canal "Intel Slava Z".

Même si, selon les experts, l'impasse militaire sur le terrain peut accélérer la cyberguerre, à court terme, la stratégie russe reste axée sur la censure et le contrôle narratif : un amalgame de création de contenu et de diffusion et réactions orchestrées où chaque outil différent a un rôle à jouer, de la soi-disant ferme à trolls russe - l'Agence de recherche sur Internet basée à Saint-Pétersbourg, aux médias d'État russes, aux organes de propagande grise et aux chaînes Telegram pro-Kremlin non attribuées. Au plus fort de la confusion déployée en Ukraine, une enquête de Pro Publica a montré comment il y a même eu le paradoxe de l'utilisation de faux fact-checkers démentant apparemment des faux inexistants. Les chercheurs ont identifié au moins une douzaine de vidéos exposant de prétendues campagnes de propagande ukrainienne qui n'ont jamais eu lieu. Selon les experts, l'objectif est de semer le doute dans le visage de toute image future dénonçant l'impact des prétendues attaques russes.

Les géants américains de la technologie ont également pris part à la bataille de l'information qui se déroule au détriment de la guerre en Ukraine. À la demande de l'Union européenne, Google, Meta et Twitter ont décidé de prendre des mesures à l'encontre des comptes liés au Kremlin afin d'empêcher la diffusion de la désinformation, et notamment de limiter l'accès aux contenus des chaînes officielles russes comme RT et Sputnik. Apple a retiré l'application RT News de sa boutique et YouTube a bloqué la chaîne d'information russe. L'annonce d'une interdiction des émissions de RT et Sputnik dans l'Union européenne est non seulement politiquement risquée, mais aussi difficile à appliquer juridiquement. Cependant, elle montre à quel point la scène de la guerre de l'information est polarisée, où la censure et l'émotivité sont devenues une partie essentielle du front narratif. En ce sens, le 11 mars, Meta a annoncé que les utilisateurs de Facebook et Instagram en Ukraine seraient temporairement autorisés à appeler à la violence contre les forces armées russes dans le contexte de l'invasion. Comme l'a souligné Human Rights Watch, une telle politique n'a jamais été envisagée en Syrie, par exemple, où des crimes de guerre présumés, impliquant les forces russes, ont été commis.  

Les grandes plateformes technologiques sont devenues des instruments du conflit : elles collectent et partagent des données avec les gouvernements, piratent des sites web ou contrôlent l'information, adhèrent à des boycotts internationaux, suppriment des comptes sur les réseaux sociaux ou agissent comme des instruments de mobilisation, d'influence et de partialité émotionnelle.

Télécharger le PDF
Résumé
La guerre en Ukraine peut devenir celle où les deux grandes tendances mondiales de la numérisation et des plateformes sociales mesurent leur force : techno-autoritarisme contre Silicon Valley. Avec un nombre sans précédent d'acteurs en ligne prenant part à la confrontation, la stratégie consistant à semer un chaos (dés)informationnel dans la guerre en Ukraine est mieux équipée que jamais.
Lire aussi
Toutes nos publications

Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire !

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.