Les Lumières de Aurélie Jean

1. Depuis le début des années 2000 avec l’infortunée Stratégie de Lisbonne, l’Europe affiche des ambitions très élevées en matière d’économie numérique, de société de la connaissance, et aujourd’hui d’intelligence artificielle. Comment jugez-vous la situation globalement en 2021 ? L’Union européenne a-t-elle les moyens de ses ambitions ?

Les pays de l’Union doivent concrètement se rassembler autour d’ambitions communes en intelligence artificielle. La France, comme tous les autres pays, ne peut pas espérer être concurrentielle seule dans son coin, et ce pour trois raisons. Il faut des moyens financiers conséquents que seule l’Europe peut fournir, il faut de nombreux talents divers, et enfin il faut des jeux de données conséquents. Comme pour le RGPD, l’Europe va être l’une des premières zones du monde à réguler les algorithmes d’intelligence artificielle. L’Europe doit réussir le pari brillant, comme elle l’a fait pour le RGPD, d’autoriser en encadrant fermement, dans le but de protéger les libertés fondamentales tout en encourageant l’innovation.

2. Le choix de la régulation, du RGPD et de la « compliance » est-il le choix par défaut d’une Europe qui préfère être arbitre plutôt que joueuse? ou bien est-ce au contraire une approche originale des enjeux du numérique ?

Comme je l’explique dans mon livre, la régulation des pratiques de développement, de tests et d’usages des algorithmes est aujourd’hui incontournable si on souhaite garantir un respect des libertés fondamentales ou encore de la santé du débat démocratique. L’Europe est en cela innovante en mettant le sujet sur la table et en avançant sérieusement. L’Europe doit aussi être actrice de cette révolution algorithmique en investissant massivement dans de grands programmes de recherche et de développement, mais aussi en créant pourquoi pas des collaborations avec d’autres nations du monde comme le Canada ou les USA sur des sujets précis.

3. Vous insistez beaucoup sur les parcours éducatifs, et la diversité des voies possibles pour les métiers du numérique. A votre avis, les formations disponibles en France et en Europe sont-elles suffisantes dans ces domaines ? Faut-il apprendre le code à l’école, au collège, au lycée ? Quelles formations pluridisciplinaires vous sembleraient indispensables ? L’EIT est-il suffisant ? Que manque-t-il à l’UE pour avoir un véritable équivalent du MIT ?

Nous avons d’excellentes formations en Europe et en France en particulier. Dire le contraire serait faux. Cela étant dit, nos universités et nos écoles en France ne bénéficient surement pas du rayonnement qu’elles méritent. Avant je pensais que c’était une question de taille. Mais en réalité pas uniquement, il suffit de regarder le MIT qui a une taille proche de nos grandes Universités françaises. J’ai réalisé il y a quelques années que la différence entre les Universités (et écoles) françaises et celles américaines était aussi dans leur manière de construire leur réputation. Alors qu’en France les institutions d’études supérieures construisent leur réputation sur l’enseignement, ces mêmes institutions aux USA construisent leur réputation sur leur recherche. Ce changement de paradigme transforme profondément comment les étudiants et les citoyens perçoivent ces instituts et le rôle de la recherche dans la société. Le rayonnement est alors plus large pour les universités américaines car la recherche par nature est globale.

4. Deepfakes, fake news, rumeurs, calomnie et désinformations : les technologies de l’information, et les réseaux sociaux qui en forment l’écosystème privilégié, ont fortement contribué à affaiblir la confiance dans les institutions et à polariser des opinions radicalisées. En outre, elles ont permis aux opérations classiques de manipulation et déstabilisation de l’opinion, surtout de la part d’agents ou de puissances étrangères, de prendre une autre dimension et de gagner en efficacité. Que faut-il, et que peut-on, faire pour se prémunir contre ces menaces ?

C’est un sujet complexe technologiquement. Détecter de manière (semi) automatique une fake news n’est pas chose aisée. Cela étant dit, on peut écarter d’autres phénomènes qui encouragent la propagation de fake news, comme l’effet bulle ou la mise en avant automatique de contenus partagés massivement sur des temps courts. Pour cela, il faut tester de manière poussée les algorithmes en cours d’utilisation pour pré-détecter des signes de création de bulles rigides et agir en conséquence. Les plateformes vont devoir également changer leur modèle économique pour qu’il ne s’appuie pas principalement sur la consommation accélérée de contenus.

5. Que ce soit en Chine, et dans les régimes autoritaires, mais aussi dans la plupart des démocraties occidentales, l’impact croissant des évolutions technologiques sur les libertés publiques ne laisse pas d’inquiéter. La trajectoire vers les mondes policiers de Philippe K. Dick ou de Black Mirror semble de plus en plus inflexible. Partagez-vous cette inquiétude ? Que pouvons-nous faire pour contrer cette tendance dysto-pique au capitalisme de surveillance ?

Je reste confiante en nos sociétés dans lesquelles la liberté des citoyens reste un pilier majeur de construction sociale et économique du pays. Cela étant dit, cela se fera par un encadrement juridique intelligent et pragmatique, une formation de tous les citoyens et des projets ambitieux technologiquement, scientifiquement et humainement, pour les nations.

Aurélie Jean est docteure en sciences des matériaux et en mécanique numérique, fondatrice et dirigeante de la société In Silico Veritas spécialisée en algorithmique et en modélisation numérique, et co-fondatrice et chief AI officer deDPEEX, une startup deep tech en IA appliquée au cancer du sein. Le magazine Forbes l’a classée parmi les 40 Françaises les plus influentes de l’année 2019 et de l’année 2021. Le 29 mai 2019, elle est nommée chevalière de l’ordre national du Mérite au titre de « présidente-directrice générale d’une société de conseil ; 12 ans de services». Début 2020, elle est nommée membre d’honneur de la Société informatique de France. En 2019, elle publie De l’autre côté de la machine - Voyage d’une scientifique au pays des algorithmes. L’ouvrage traite non seulement de l’histoire des algorithmes, mais aussi des biais dont ceux-ci sont entachés.
Télécharger le PDF
Résumé
"Les pays de l'Union doivent concrètement se rassembler autour d'ambitions communes en intelligence artificielle."
Lire aussi
Toutes nos publications

Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire !

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.