Mode Française, Real Soft Power et société civile

I. Culture politique et soft power

En Asie, où les conflits anciens ne sont pas résolus et où il n’y a parfois pas eu de véritable confrontation avec le passé, l’Europe, lauréate du prix Nobel de la paix, est perçue comme un exemple de réconciliation possible entre la Corée et le Japon, Taïwan et la Chine, mais aussi de reconnaissance du difficile passé impérial du Japon. Les pays des Balkans occidentaux considèrent la société civile florissante de l’Europe comme un exemple de réelle démocratisation. Les intervenants provenant d’Afrique et du monde arabe sont très demandeurs d’initiatives concrètes des instruments de la politique étrangère culturelle de l’Europe, en termes de création d’espaces libres d’expression artistique pouvant contribuer à la création d’une société civile plus large et, à terme, à la démocratisation.

Tous les participants semblent également conscients du fait que l’Europe fait partie, comme le dit le professeur J. P. Singh, d’une «société civile mondiale en évolution», une notion qui, selon lui, remonte à des auteurs européens comme Kant ou Habermas.

« Un mouvement de solidarité mondiale qui a poussé Donald Trump à détester Greta Thunberg et le gouvernement indien ; le fait que la chanteuse Rihanna ait dit que nous devrions prêter attention à ces agriculteurs qui protestent - parce que tous deux ont, en tant que représentants d’un mouvement social mondial, un impact réel. » - J. P. Singh

II. Le passé colonial

Les perceptions de l’Europe culturelle sont, à des degrés divers, dans les différentes régions du monde, façonnées par le passé colonial des continents ; plus la région est éloignée et prospère, plus l’attitude à l’égard de ce passé colonial semble neutre. Les citoyens américains, avec leurs nombreuses racines eur péennes, ont des attitudes généralement positives. Les participants asiatiques sont fiers de leur propre culture et ont une attitude assez neutre vis- à-vis de l’Europe. Pour Roger M. Valencia, ancien ministre de la culture du Pérou, son pays devient de plus en plus un creuset culturel et est fier, à juste titre, de ses 5000 ans d’histoire indigène, mais qui incorpore aussi activement son héritage européen. Pour reprendre ses mots :

« La plupart des gens disent que l’Espagne a conquis le Pérou : c’est une erreur car il n’y avait pas d’Espagne et il n’y avait pas de Pérou parce que la structure politique était différente. Le Pérou a été conquis par le Saint-Empire romain germanique sous le règne de Charles Quint. L’empereur est en fait nédans ce qui est aujourd’hui la Belgique, il a été élevé en Autriche et parlait allemand. C’était un homme fascinant qui ne parlait l’espagnol qu’en troisième ou quatrième langue. La mondialisation qui a été déclenchée par la conquête et l’arrivée des Européens en Amérique et en Asie a été la première mondialisation. Charles Quint était en fait le premier empereur dans le royaume duquel le soleil ne se couchait jamais. »

Les débats avec les participants du Moyen-Orient et d’Afrique étaient plus chargés en émotions. L’utilité de la politique culturelle européenne au regard des nombreux projets concrets et des artistes qui ont été financés est reconnue. Cependant, Espéra Donouvossi, responsable culturel au Bénin, a souligné

« que nous, l’Afrique, n’avons jamais co-formulé avec les Européens une quelconque politique concernant le secteur culturel. Nous n’avons pas été impliqués, pour autant que je sache, dans une discussion sur ce que nous pensons être la meilleure idée. (...) les stratégies ne sont projetées que pour les intérêts européens, dans une perspective européenne et aussi pour promouvoir les valeurs européennes. »

L’accusation implicite de néocolonialisme est apparue à plusieurs reprises, tandis que les participants ont clairement indiqué qu’ils avaient leur propre agenda politique, comme par exemple la promotion de la cause nationale palestinienne à travers les arts et la culture.

Pourtant, le fait que la politique étrangère culturelle européenne encourage la participation populaire, la libre expression et la justice sociale par le biais de projets artistiques et culturels a été considéré comme positif par tous les participants. Ceci est particulièrement vrai dans le sillage d’une présence accrue d’acteurs tels que la Turquie et la Chine qui sont perçus comme promouvant, par leur politique culturelle étrangère, des visions du monde autoritaires en Afrique, dans le sud et l’ouest de la Méditerranée et dans les Balkans.

III. Savoir ce qui est nécessaire - mais ne pas le faire !

Les critiques à l’encontre des relations culturelles européennes portent sur par exemple sur l’abandon des acteurs culturels aux régimes autoritaires et l’aide à court terme qui s’interrompt lorsque les décideurs politiques changent de priorités. Dans ce contexte, le Printemps arabe, où une aide massive a d’abord été apportée à des projets culturels avant de disparaître au moment où l’on en avait le plus besoin (au moment de la restauration de régimes autoritaires dans la plupart des pays) peut être cité à titre d’exemple.

Les recommandations formulées tout au long de ces débats ne sont pas nouvelles et, selon les participants, elles sont comprises par les acteurs culturels européens. Pourtant, elles sont trop souvent négligées ou simplement ignorées par les décideurs politiques européens. Il est donc indispensable d’intensifier les échanges culturels, notamment par le biais d’échanges d’étudiants à grande échelle. Ils permettent un dialogue direct et le développement partagé de projets avec un réel engagement à long terme. Un rapprochement avec la culture traditionnelle et populaire et non une concentration sur la culture élitiste derrière les murs voire, parfois les barbelés des instituts culturels européens. L’accroissement de la connaissance de «l’Autre» par la mobilité virtuelle, les médias et les traductions, par exemple vers et depuis les langues européennes, asiatiques et africaines.

Un consensus général s’est dégagé sur la nécessité d’encourager une société civile véritablement mondiale dans le sens d’une «alliance culturelle pour la démocratie» à laquelle l’Europe devrait participer, avec toute sa capacité de puissance douce, sur un pied d’égalité avec les autres régions du monde. La manière d’y parvenir était le sujet du débat final du 9 juin 2021, à 12h30 (CET).

Asiem El Difraoui
D’après une publication originale de Asiem El Difraoui pour l’IFA adaptée et traduite de l’anglais par Elise Bernad directrice des études Joseph Leloup, chargé de projets

L’intégralité des débats ELAN est à retrouver sur notre site.

ELAN#1

Middle East and North Africa.

In this first debate of Europe from the «outside», we travel to the Middle East and North Africa to talk about an outside view on European culture an cultural Politics with:

Ola AlTamimi - Palestinian Researcher at the IFA Zied Ben Amor- Professor at the University of Sousse Zied Ben Amor- Professor at the University of Sousse Nagla Abed - Anna Lindh Foundation
Mey Seifa - Choreographer / Activist at NESWA Moderation: Asiem El Difraoui - Candid Foundation

ELAN#2

Latin America.

In this second debate of Europe from the «outside», we travel to Latin America to talk about an outside view on European culture an cultural Politics with:

Roger M. Valencia - Former Minister of Foreign Trade and Tourism and Minister of Culture of Peru.

M. Pedro Affonso Ivo Franco - Brazilian Culture, Creativity and Development Consultant based in Berlin & Founder of Think Twice Consulting.

Moderation: Adrian Bono - Former CEO & Founder at The Bubble - News and pop culture from South America in English

ELAN#3

Transatlantic

In this third debate of Europe from the «outside», we debated the view on transatlantic cultural relations.

Angelika Kausche - Member of the Georgia House of Representatives . Prof. J.P. Singh - George Mason University
Dr. Raphaela Kitson-Pantano - EuropaNova
Moderation: Nora Müller - Körber Foundation

ELAN#4

Africa. Ideas for a common future.

In this fourth debate of Europe from the «outside», we debated the view on ideas for a common future of European-African cultural relations.

Tanka Fonta -composer and founder of RadioFuture Africa.
Avril Joffe - teaching at Wits School of Arts, Africa wide cultural development focus, UNESCO expert.

Espéra Donouvossi - cultural manager as Africa Programme officer for the International Centre for the Study of the Preservation and Restoration of Cultural Property (ICCROM)

Moderation: Pia Wagner - Unesco Chair, Institute of cultural policy - University Hildesheim.

ELAN#5

East-Asia. Culture beyond Geopolitics

In this fourth debate of Europe from the «outside», we debated the view on the cultural relations iof Europe and East Asia. The relations between Europe and East Asia are numerous: financial, commercial or competitive. East
Asia occupies a central place in world geopolitics, constantly torn between Washington and Beijing. Cultural politics play a big role in this. In this debate our specialists try to take a look beyond the geopolitics. How is European culture perceived in Japan and South- Korea ? What is the future of

these relations?

Dr. HwaJung Kim - USC Center on Public Diplomacy, Seoul National University, SG of the Public Diplomacy Center.
Dr. Chun-Ying Wei - Taipei National University of the Arts.
Dr. Bernd Fischer - German-Japanese Society, Former Envoy of the German embassy in Tokyo.

Moderation: Thomas Hahn - East-Asia Correspondent of the Süddeutsche Zeitung.

ELAN#6

Western Balkan and Eastern Mediterranean. Cultural flows and new impulses.

In this sixth debate of Europe from the «outside», we debated the view on the cultural flows and new impulses on europen cultural politics in the Balkan Regions and Cyprus.

Milena Dragićević Šešić - Head of the UNESCO Chair in Cultural Policy and Management (Interculturalism and Mediation in the Balkans) Belgrade, professor of Cultural Policy & Cultural Management, Cultural Studies, Media Studies.
Paul Alexis Berthezène - European integration expert - Europanova. Argyro Toumazou - Independent Cultural Producer Cultural Advisor, Coordinator & Community Manager, Cyprus
Moderation: Leo Wigger - Zenith Magazine.

ELAN#7

Crossing Perspectives! Intercontinental Impulses for a Europe of Culture

In this seventh debate of Europe from the «outside», five speakers from five regions of the world come to share their views on the EU’s cultural policies.

Professor J.P. Singh - Anna Lindh Foundation..
Nagla Abed - European integration expert - Europanova.
Avril Joffe - teaching at Wits School of Arts, Africa wide cultural development focus, UNESCO expert.
Dr. Chun-Ying Wei - Taipei National University of the Arts.

Milena Dragićević Šešić - Head of the UNESCO Chair in Cultural Policy and Management
(Interculturalism and Mediation in the Balkans) Belgrade, professor of Cultural Policy & Cultural Management, Cultural Studies, Media Studies.

Moderation: Swenja Zaremba - Coordinator of the German Anna Lindh Network and researcher on cultural relations and civil society

Télécharger le PDF
Résumé
Voitures allemandes ou mode française, la culture européenne est - même chez les spécialistes de la politique culturelle - souvent perçue à travers les symboles du succès commercial. D’aucuns estiment que l’UE n’est pas tant une entité culturelle ou un Commonwealth culturel que des pays individuels aux traditions culturelles - souvent folkloriques - particulières. Il convient cependant d’admettre que la culture européenne est avant tout considérée comme une culture politique et un puissant outil de soft power. Ce rapport constitue un aperçu de six débats relatifs à l’Europe culturelle menés dans le cadre de la 2e partie du programme Elan for Europe en collaboration. Sous le titre «L’Europe vue de l’extérieure», 25 intervenants de 16 pays différents ont remis en question des aspects de l’Europe culturelle et ont partagé des inspirations étonnantes.
Lire aussi
Toutes nos publications

Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire !

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.