Quel rôle pour la promotion de la santé dans l’Union européenne de la santé ?

Jusqu’à présent, l’Union européenne de la santé s’est largement concentrée sur la tâche nécessaire d’améliorer la sécurité sanitaire. Une Union de la santé plus complète doit également prendre en compte la promotion de la santé. Mais que signifie la promotion de la santé ? S’agit-il simplement d’un instru- ment destiné à encourager les comportements individuels, ou cela peut-il être plus que cela ? Une Union véritablement axée sur la promotion de la santé nécessite une Union plus sociale.

La santé est devenue un exemple classique de coopération et d’intégration de l’UE en réponse à des crises. La crise de l’encéphalopathie spongiforme bovine (maladie de la « vache folle ») a été déterminante pour le renforcement des normes de sécurité alimentaire. L’épidémie de SRAS de 2003 a entraîné la créa- tion du Centre européen de contrôle des maladies (ECDC). Aujourd’hui, avec le Covid-19, nous assistons au développement d’une vision large et ambitieuse - bien que quelque peu vague - de la santé dans l’UE : l’Union européenne de la santé.

Si le fait d’accorder plus d’attention à la santé est considéré par la plupart des gens comme une amélioration bienvenue, il est également important de se pencher sur le type d’intégration de l’UE en matière de santé : Quels sont les raisonnements sous-jacents et les voies actuellement explorées dans le cadre de la proposition d’Union européenne de la santé, et quels sont les coûts d’opportunité potentiels des options négligées ?

Jusqu’à présent, l’objectif de l’Union européenne de la santé est de « [protéger] la santé des Européens et de [répondre] collectivement aux crises sanitaires transfrontalières ». Son plan d’action se concentre sur la sécurité sanitaire, la stratégie industrielle pour les contre-mesures médicales et l’innovation numé- rique. Cependant, il est très peu question de l’importance de la promotion de la santé. La promotion de la santé a été réduite à l’exhortation et à l’incitation des gens à prendre leurs responsabilités et à faire des choix sains. Si la promotion de la santé est comprise en ces termes étroits, il est compréhensible que l’UE ne concentre pas ses efforts sur elle, surtout si l’on considère ses compétences formelles limitées dans ce domaine.

Mais la promotion de la santé peut et doit être bien plus que cela. Les facteurs qui façonnent la santé de la population sont nombreux et d’une grande portée. Au début des années 2000, l’Organisation mondiale de la santé a produit un ensemble de travaux axés sur les « déterminants sociaux de la santé ». Il s’agit des conditions sociales dans lesquelles vivent les gens, notamment l’accès à un logement décent, à l’éducation, aux soins de santé, aux transports actifs, à des espaces urbains sûrs, etc. Aujourd’hui, la recherche s’intéresse de plus en plus à la compréhension des déterminants macrosociaux de la santé. Il s’agit des conditions, processus et dynamiques de pouvoir socio-économiques et politiques qui affectent directement et/ou indirectement la santé de la popu- lation par le biais de causalités complexes et multi-niveaux.

L’austérité est un bon exemple de déterminant macrosocial de la (mauvaise) santé. Les mesures d’austérité prises en réponse à la crise de la zone euro ont été désastreuses pour la santé : la Grèce, l’Espagne et le Portugal ont connu une augmentation des taux de suicide et des épidémies de maladies infec- tieuses, tandis que l’accès aux services de santé s’est restreint. Les recherches ont démontré que, plus que la crise elle-même, c’est le type de réponse budgétaire et la force des mécanismes de protection sociale qui ont dé- terminé les résultats en matière de santé. En tant que telles, les activités de gouvernance économique et de coordination budgétaire de l’UE contribuent à façonner la santé publique, non seulement parce qu’elles ont un impact sur les systèmes de santé, mais aussi parce qu’elles prescrivent l’orientation générale des dépenses publiques des États membres.

Par rapport à la crise de la zone euro, la réponse de l’UE à la crise Covid-19 a constitué une nette amélioration. Les règles budgétaires de l’UE ont été sus- pendues par le déclenchement de la clause d’évasion générale dans le cadre du pacte de stabilité et de croissance. Cela signifie que les États membres ont davantage de liberté pour dépenser et emprunter comme ils l’entendent afin de reconstruire leur économie. L’UE a également mis à disposition un plan de relance de 806 milliards d’euros (NextGenerationEU). Cela diffère considérable- ment de l’austérité imposée il y a dix ans. La question est de savoir si cela reflète un changement durable dans la façon dont les décideurs politiques envisagent les dépenses publiques, et s’ils reconnaissent l’importance de services publics et sociaux dotés de ressources suffisantes pour promouvoir la santé au-delà des périodes de crise exceptionnelles.

Pour développer une vision à long terme d’une Union européenne plus saine, nous devons comprendre la promotion de la santé non pas comme une simple prévention des maladies à un stade précoce, se limitant à influencer les comportements individuels. Au contraire, la promotion de la santé peut être un effort de transformation visant à créer des conditions de vie propices à la santé au niveau de la population. C’est ce que l’on appelle une approche « salutogénique » de la santé publique, qui s’intéresse aux origines de la santé plutôt que de se concentrer uniquement sur la prévention des maladies.

Qu’est-ce que cela signifie pour l’Union européenne ? L’article 168 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE) dispose qu’ « un niveau élevé de protection de la santé humaine est assuré dans la définition et la mise en œuvre de toutes les politiques et actions de l’Union ». Cela ne doit pas se traduire par l’attribution de davantage de compétences en matière de santé et de soins de santé. Au contraire, prendre l’article 168 au sérieux signifie créer des conditions de vie durables et favorables à la santé grâce aux compétences propres de l’UE, déjà existantes. Si elle est comprise en ces termes, une Union européenne de la santé qui promeut la santé devrait être un projet transformateur, qui crée une Europe plus sociale.

En bref, une Union de la santé progressiste ne doit pas seulement ren- forcer la résilience pour faire face à un avenir marqué par les crises, elle doit surtout s’efforcer de guérir ces crises. Cette dernière tâche est plus compliquée. Elle exige de repenser de manière plus fondamentale des méthodes de travail considérées comme acquises. Elle est susceptible de se heurter à des obstacles institutionnels plus nombreux et ne dépend pas uniquement de l’UE. En revanche, sécuriser les chaînes d’approvisionnement en contre-mesures médicales et améliorer l’utilisation de l’intelligence artificielle pour se préparer aux futures pandémies est certainement utile et plus facilement compatible avec les compétences existantes de l’UE et une vision orthodoxe de l’UE en tant que projet créateur de marché. Cependant, cela ne suffit pas à s’attaquer aux causes profondes de la vulnérabilité aux futures pandémies, qui incluent l’augmentation des inégalités, mais aussi le changement climatique. Outre des mécanismes de sécurité sanitaire nouveaux et améliorés, l’Union européenne de la santé doit se traduire par une Union plus sociale, plus durable sur le plan environnemental et plus axée sur la justice mondiale. Tout cela est égale- ment essentiel à la promotion de la santé.

Télécharger le PDF
Résumé
Jusqu’à présent, l’Union européenne de la santé s’est largement concentrée sur la tâche nécessaire d’améliorer la sécurité sanitaire. Une Union de la santé plus complète doit également prendre en compte la promotion de la santé. Mais que signifie la promotion de la santé ? S’agit-il simplement d’un instru- ment destiné à encourager les comportements individuels, ou cela peut-il être plus que cela ? Une Union véritablement axée sur la promotion de la santé nécessite une Union plus sociale.
Lire aussi
Toutes nos publications

Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire !

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.